Conan, le jeu de rôle musclé

Je me souviens, plus jeune, je dévorais les aventures en bande dessinée noir et blanc de Conan le Barbare. Les aventures du barbare cimmérien m’ont inspiré l’écriture de nombreux scénarios de jdr. Alors quand j’ai découvert Conan le jeu de rôle, c’est un flot de bons souvenirs qui sont remontés à la surface.

Le livre de base.
Le livre de base.

L’univers de Robert E. Howard est un décor parfait pour un jeu de rôle. L’aventure et le danger sont omniprésents, l’ambiance est souvent sombre et mystérieuse, l’action est soutenue. Pour résumer, les joueurs arpentent notre terre durant l’âge hiborien, une ère fictive située après la chute de l’Atlantide mais avant l’Antiquité. Ils vivront des aventures périlleuses à la recherche de la gloire, du pouvoir ou de richesses.

Tout d’abord, signalons que le livre est une belle pièce, couverture dure, 300 pages couleurs en papier glacé. Cela rend donc la lecture agréable. La traduction française est d’ailleurs soignée. Les illustrations sont de qualité et des extraits des nouvelles d’Howard parcourent le livre.

Ensuite, on remarquera que le système utilisé ressemble à du système d20 mais avec des spécificités qui rendent le jeu très original ,et s’accorde bien au côté brutal de l’univers, notamment dans les scènes de combat.

Une autre originalité du jeu vient du fait que dans Conan le jdr, on joue des humains. On choisira alors sa race de personnage en fonction de la géographie du monde : Cimmérie, Corinthie, Aquilonie, etc… On aura aussi le choix entre 7 classes allant du barbare à l’aristocrate en passant par le voleur et le soldat.

La magie est aussi présente dans le jeu mais de manière moins extravagante que dans un autre univers de fantasy mais aussi plus corruptrice et vicieuse. C’est le côté obscur de la magie qui, comme dans les romans, est ici mis en avant.

Je n’ai trouvé que deux choses regrettables dans ce jeu de rôle :

  • Malgré les bonnes améliorations du système d20, celui-ci reste difficile et lourd à gérer, notamment pour les novices.
  • L’absence de scénario d’introduction. Il aurait pu aider à une meilleure compréhension du monde à ceux qui ne connaissent pas ou peu les histoires du cimmérien, même si la partie background donne une bonne base pour une création maison. Les MJ qui connaissent déjà l’univers auront de toute fàçon plus de facilité.

Pour finir, si vous avez envie de fantasy, mais que vous en avez marre des nains barbus et des magiciens au chapeau pointu, laissez vous tenter par un Conan le jdr, vous ne pourrez plus vous en passer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *