La Terre des Dieux

Maintenant vous commencez à être habitués. Régulièrement les nouveaux jeux sont décrits, analysés et illustrés par nos différents rédacteurs. Mais aujourd’hui, je vous propose le test d’un jeu qui n’est pas encore disponible, car il n’a toujours pas trouvé d’éditeur. J’ai eu la chance de pouvoir le tester durant le Festival Off de Cannes. Qu’est ce que le festival off ? C’est une grande pièce mise à disposition des joueurs, le soir. Il y a donc plein de jeux différents et pas mal de créateurs qui sont là pour faire tester les leurs.

Le matériel du proto.
Le matériel du proto.

Sur ce, commençons. Le jeu s’appelle la Terre des Dieux. Il se déroule en Grèce antique, au Vème siècle avant Jésus Christ, à l’époque où les Dieux régnaient sur le monde.

Dans ce jeu, vous allez incarner le rôle d’un prêtre fidèle à un des cinq Dieux suivants : Apollon, Déméter, Poséidon, Athéna et Zeus qui se livrent une guerre fratricide dans le but de prendre le contrôle de la Grèce. Le but du jeu va être de construire trois temples sur des cités dédiées à votre Dieu, ou de convertir dix fidèles (ou plus).

Le tour de jeu se déroule de la manière suivante :

  • Phase I : chaque joueur fait une action à tour de rôle (poser un fidèle sur le plateau ou défausser une carte de héros) jusqu’à ce que tous les fidèles soient utilisés ou que tout le monde ait passé.
  • Phase II : l’Agora (cette case du plateau est active, s’il y a au moins un fidèle).
  • Phase III : déplacement des oracles, mise à jour du marché, retour des pèlerins, récupération de ressources de ville et de changement de premier joueur.

Phase I : faire des actions

Le plateau se compose de trois parties :

a) Un marché afin de pouvoir acheter des ressources :

Les ressources : pierre, marbre, pigment et or
Les ressources : pierre, marbre, pigment et or

Cette partie du plateau va être mise à jour suite aux différents achats des joueurs. Il peut y avoir pénurie d’une ou plusieurs ressources.  Les cases de couleur représentent le prix des marchandises, de un à cinq Drachmes (la monnaie de l’époque) par ressources. Par contre le marché évolue en temps réel : on fixe le prix de la marchandise par rapport à la dernière personne qui a acheté cette ressource (elle aura placé un de ses prêtres sur le marché). En phase de résolution, on décale le marqueur au niveau des cubes les plus  à droite sur l’échelle. Si une marchandise n’a pas été achetée ce tour, on diminue le prix de celle-ci de un (décale d’une case vers la gauche). Ensuite on déplace vers la gauche les marqueurs, ce qui correspond à la production de nouvelles ressources (de deux cases pour la pierre et d’une case pour les autres ressources, sauf pour l’or…).

Le marché : le joueur bleu (Poséidon) a acheté 2 pierres pour 2 drachmes chacunes puis au tour suivant 1 or pour 3 drachmes. Le joueur jaune (Apollon) a lui acheté 2 pierres pour 3 drachmes chacunes puis 2 pigments pour 3 drachmes aussi.
Le marché : le joueur bleu (Poséidon) a acheté deux pierres pour un drachme chacune, puis au tour suivant un or pour trois drachmes. Le joueur jaune (Appolon) a lui acheté deux pierres pour deux drachmes chacune, puis deux pigments pour deux drachmes aussi. Les prix sont symbolisés par les zones de couleur sur lesquels on pose nos cubes.

b) Des cases actions disposées en camembert :

Pour activer ces actions, il faut placer un fidèle sur la case souhaitée, qui sont :

  1. Bâtiment : lorsque l’on souhaite construire un temple sur une ville, notre prêtre doit être sur cette ville. On défausse alors les ressources nécessaires et on peut récupérer la tuile de la ville correspondante. Cette tuile va nous permettre de récupérer un certain nombre de fidèles (de un à trois). Ceux-ci sont disponibles immédiatement. On peut aussi obtenir des Drachmes, des ressources en phase III ou un pouvoir spécial.
  2. Exode :  si un fidèle est posé sur cette case, on peut déplacer son prêtre d’une cité à une autre adjacente et reliée par une route (sauf déplacements spéciaux).
  3. Invasion : cette case permet de détruire un temple adverse et d’en reconstruire un de notre couleur. Pour cela, il faut que notre prêtre possède un de ses temples à un ou deux tronçons du temple à conquérir. Il doit aussi avoir les ressources pour reconstruire. Si le temple n’est pas neutre, il faut également être de la couleur qui se trouve sur l’autre face du temple.
  4. Oracle : Il permet de piocher deux cartes héros et d’en garder une. On ne peut faire cette action que si notre prêtre est sur une cité où il y a un oracle, ou s’il en existe un consultable à distance. Dès lors, il suffit de donner une pièce au joueur possédant un temple avec un oracle personnel à l’intérieur pour piocher deux cartes héros et en conserver une.
  5. Renforts : ce sont des remparts que l’on peut construire autour de notre temple pour empêcher les monstres d’y pénétrer. Ils obligent aussi les autres joueurs à payer des ressources en plus, s’ils veulent faire une invasion. On peut mettre jusqu’à trois remparts sous chaque temple, chacun coûtant deux pierres.
  6. Agora : cette case correspond à la phase II du tour, toutes les personnes qui n’ont pas au moins un fidèle sur cette case n’y participeront pas.
Les 6 cases actions possibles
Les six cases d'actions

c) Le plateau de jeu lui-même représentant la Grèce avec trente cités.

Chaque Dieu a quatre villes de sa couleur (Apollon et Poséidon partagent une cité), et il reste ensuite onze villes neutres. Chaque ville est représentée par une tuile où est inscrit le coût de sa construction (en haut à gauche), ses coordonnées (au milieu à gauche), les ressources qu’elle nous rapporte à la fin du tour (en bas à gauche) et enfin le nombre de fidèles que l’on récupère (en bas à droite).  Ces tuiles ont deux faces, et nous les retournons à chaque fois que le temple se fait envahir. Nous ne pouvons le faire que si la face cachée est de notre couleur ou neutre. Si la tuiles est dédiée à un autre dieux, l’invasion est impossible.

 Tuile de la ville d'Argos
Tuile de la ville d'Argos

Phase II : Participer à l’Agora.

Lors de cette phase, les joueurs vont pouvoir voter une des lois disponibles, proposer un héros, s’échanger des ressources.

L’agora est séparée en trois phases :

  • Boulé : le ou les joueurs qui ne sont pas présents à l’Agora lancent un dé pour savoir s’ils perdent une ou deux pièces, une ressource, une carte héros ou rien du tout. Ensuite, les autres vont pouvoir participer à l’Ecclésia et à l’Hélié.
  • Ecclésia : ils vont pouvoir voter une des deux lois proposées.
Voilà pour les amateurs de mythologie (carte très utile pour faire des pénuries d'or)
Voilà pour les amateurs de mythologie (carte très utile pour faire des pénuries d'or.)
  • Héliée : chaque joueur pourra soumettre des cartes Héros au vote. Si la carte héros recueille au moins le nombre minimum de votes (nombre en haut à gauche) et la majorité des voix, le joueur posera sa carte héros à côté de lui et bénéficiera de son pouvoir jusqu’à la fin du jeu. Chaque fois qu’un joueur vote pour une carte héros (pour ou contre) il perd un de ses cubes présents à l’Agora. Lorsqu’un joueur n’a plus de cube, il ne peut plus voter et donc ne peut plus en présenter au vote. Il existe deux catégories de cartes Héros :

Celles que l’on doit soumettre au vote pour pouvoir utiliser leur pouvoir en plaçant un fidèle sur la carte  (dans le carré en bas au milieu).

Cette carte de Héros neutre peut être utilisée par tous les joueurs donc peut servir tous les Dieux
Cette carte de Héros neutre peut être utilisée par tous les joueurs, donc peut servir tous les Dieux.
Carte Héros du Dieu Zeus : En haut à gauche le nombre le voix minimum pour que le héros soit élu, en bas à gauche son pouvoir et en bas à droite le bénéfice si l'on défaussse cette carte.
Carte Héros du Dieu Zeus : en haut à gauche le nombre de voix minimum pour que le héros soit élu, en bas à gauche son pouvoir, et en bas à droite le bénéfice si l'on défausse cette carte.

et celles que l’on peut poser devant soi sans que les autres joueurs aient à voter :

Cette carte neutre ne nécessite pas d'élection (symbole Soleil en haut à droite) et permet à celui qui la pose devant soi de récupérer son gain immédiatement.
Cette carte neutre ne nécessite pas d'élection (symbole Soleil en haut à droite) et permet à celui qui la pose devant soi de récupérer son gain immédiatement. Ici un fidèle (cube noir).
Cette carte permet d'avoir 2 voix supplémentaire pour l'élection d'un Héros
Cette carte permet d'avoir deux voix supplémentaire pour l'élection d'un Héros en la défaussant. Le pouvoir de défausse est toujours symbolisé en bas à droite. (La défausse d'Héraclès en haut permet de déplacer un monstre. Celui d'Argos de piocher une carte héros.)
  • Echange : durant cette phase, tous les gens initialement présents à l’Agora peuvent échanger des services, des ressources ou des cartes. Cela peut être l’occasion de tenir une promesse faite pendant le tour de jeu, ou pas.
  • Phase III :

    • Le premier joueur déplace les oracles d’une case sur le plateau de jeu, s’il le souhaite.
    • Le jeton Hermès (premier joueur) passe à la personne de gauche.
    • Le Dieu Déméter lance son dé de pouvoir (voir description des pouvoirs dans les règles spéciales).
    Les symboles sont les suivants : 1 ou 2 drachmes, 1 ressource, 1 carte Héros, 1 déplacement de monstre ou rien du tout
    Les symboles sont les suivants : un ou deux drachmes, une ressource, une carte Héros, le déplacement de monstre ou rien du tout
    • Remise à jour du marché selon les règles citées au paragraphe « Marché ».
    • Retour des fidèles sur l’hôtel de leur Dieu, c’est-à-dire sur la carte de Dieu de chacun des joueurs. S’il y a des fidèles qui ne sont pas allés sur le plateau de jeu, le joueur gagne deux drachmes par fidèle.
    • Rafraichissement de monstres : comme on ne peut déplacer qu’une fois par tour le même monstre, on retourne le pion monstre après son déplacement. Lors de cette phase, on remet du « côté monstre » le ou les pions déplacés.
    • Récupération des ressources qui sont données par les tuiles des temples que chaque joueur possède.

    Règles spéciales

    Les dernières petites règles du jeu.

    a) Les monstres :

    • Lorsque l’on arrive sur une case où il y a un monstre, on doit payer une pièce au monstre et l’on doit se déplacer d’une case supplémentaire.
    • Déplacer un monstre : au début du jeu, il y aura six monstres sur le plateau, et d’autres pourront être ajoutés selon les lois qui seront votées. Pour déplacer un monstre, il faut défausser une carte Héros avec le symbole correspondant. Cela va nous permettre de prendre la récompense car nous avons fait fuir le monstre d’une ville. Donc deux pièces, plus l’argent que les joueurs ont payé lorsqu’ils sont passés par la case où il se trouvait. Un même monstre ne peut être déplacé qu’une fois par tour. La banque met alors une nouvelle récompense sous celui-ci.
    • Lorsqu’une ville est attaquée par une créature, le ou les fidèles que celle-ci nous a rapportés sont placés sur sa tuile et ne peuvent plus être utilisés tant que le monstre n’a pas été déplacé ou tué. De plus, le gain de la ville en phase III est aussi suspendu.
    • Lorsqu’un monstre est  déplacé sur une case où se trouve un prêtre, ce dernier est obligé de fuir en guise de prochaine action (c’est pleutre, un prêtre :mrgreen: ).

    b) Descriptif des Dieux :

    • Zeus : il récupère une ressource à chaque fois qu’il déplace ou tue un monstre  (en plus de la récompense).
    • Athéna : elle possède une voix de plus pour les votes qui se passent en Phase II.
    • Déméter : en phase III, le joueur lance un dé pour récupérer une ou deux pièces, une ressource, une carte, le déplacement de monstre ou rien du tout.
    • Poséidon : son prêtre peut tout le temps se déplacer de deux cases pour une seule action exode.
    • Apollon : le joueur peut, une fois par tour, récupérer la carte de Héros qui est face visible sur la pioche, en utilisant un fidèle (qu’il pose sur sa carte de Dieu).

    Maintenant, vous voilà prêts pour conquérir la Grèce antique pour votre Dieu et recruter  le plus de fidèles possibles.

    Mon avis sur le jeu :

    Une fois n’est pas coutume, je vais vous décrire mes premières impressions sur le jeu, qui pourront peut-être vous en donner une meilleure vue d’ensemble. Je n’ai fait que deux parties, donc je ne vous parlerai pas de certitudes, mais juste de mes impressions et de mes ressentis.  La première chose que l’on note, c est le thème ultra présent, qui nous aide à entrer dans la peau de notre personnage, enfin de notre prêtre. J’ai tout de suite beaucoup aimé car il faut trouver une stratégie pour gagner. Mais surtout la phase politique nous oblige à maintenir de bonnes relations avec les autres joueurs, sinon la partie va s’annoncer difficile. Les différents mécanismes sont très intuitifs et après un ou deux tours de jeu, on se sent à l’aise, même s’il faudra plusieurs parties pour en maitriser toutes les subtilités.  Enfin, je me suis aperçu qu’il y avait plusieurs stratégies pour gagner, à adapter selon les adversaires. Par exemple, si quelqu’un ne négocie jamais pour déifier des héros, il ne faudra pas compter sur ceux-ci pour nous faciliter le chemin vers la victoire. Mais plutôt se concentrer sur la conquête des villes ou épuiser les ressources pour obliger les gens à négocier.

    En résumé, je suis vraiment fan de ce jeu et j’ai hâte qu’il soit édité pour pouvoir l’acheter, il viendra prendre place dans ma ludothèque à côté de Caylus, Metropolys ou encore l’année du Dragon.

    Note du relecteur : Pour y avoir joué aussi deux fois (avec deux groupes différents), je ne peux qu’appuyer l’avis de Karadoc. En ajoutant une petite emphase sur le thème, qui est vraiment bien respecté, vous pourrez tuer l’hydre de l’Herne avec Héraclès, ou la gorgogne avec Thèsée, découvrir la folie du roi Midas en lisant sa loi…

    Merci à la gente dame Séli et à Cédric pour tout. En espérant vous retrouvez bientôt pour une dédicace 😮 .

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *