Accueil > Test de jeux > A la recherche du Tikal perdu !!

A la recherche du Tikal perdu !!

Je veux vous parler de l’arme de demain, enfantée du monde …  oups je m’égare déjà !!!
Parlons plutôt d’un jeu que j’ai découvert il y a maintenant quatre ans de cela, c’est un des tous premiers auquel j’ai joué : Tikal.

La boîte de jeu

La boîte de jeu (et le Spiel 1999)

Il m’a laissé de très bons souvenirs pour plusieurs raisons : tout d’abord le thème des Mayas m’intéresse énormément et surtout c’est le premier jeu dit « de réflexion » que j’ai pratiqué avant de connaître Caylus … . Je vous plante un peu le décor, et après, c’est parti pour le test !!!

Tikal est un des plus grands monuments que les Mayas aient jamais construits. Il se trouve au Guatemala, au cœur de la jungle équatorienne. C’était un centre cérémoniel mais aussi une capitale politique qui s’étendait sur près de 60 km2 (entre -200 avJC et 900 apJC). Le lieu, qui a toujours plus ou moins été connu, n a pas été exploré avant 1848, car il était situé très loin de la civilisation et accessible uniquement après plusieurs jours de marche.

Le véritable temple Tikal au Guatémala

Le véritable temple Tikal au Guatémala

Voilà, le décor est planté. Vous êtes le chef d’une expédition partie pour découvrir ce lieu mythique. Bien sûr, vous êtes aidé de quinze ouvriers et d’un chef des opérations. Vu le climat dans cette région, vous avez un camp de base, que vous partagez avec trois autres groupes d’explorateurs, mais surtout deux autres camps « pliants et transportables » (de grandes tentes en fait), que vous allez pouvoir installer dans la jungle au fur et à mesure de vos découvertes.

Le but de ce jeu est de marquer un maximum de points de victoires. Pour cela, vous devez découvrir des trésors et des temples, mais surtout en prendre le contrôle. Mais attention les esprits ne sont jamais loin … lol

Les joueurs sont de grands enfants !!!!

Les joueurs sont de grands enfants !!!!

Le tour de jeu se déroule de la façon suivante :
– le joueur pioche la tuile qui se situe au sommet de la pile (face cachée).
– il va la placer sur le plateau de jeu comme il le souhaite ou presque. En effet, la seule règle est que l’on doit pouvoir y accéder.
– Ensuite le joueur dispose de dix points d’actions (voir l’aide de jeu en bas de page).
Vous allez rencontrer quatre types d’endroits (de tuiles) dans la jungle :
– les temples
– les sanctuaires où l’on peut trouver des trésors
– des clairières
– des volcans.

Les 4 types de tuiles

Les quatre types de tuiles

Les temples vont vous permettre de marquer des points de victoire. Initialement, ils valent de un à six points,mais ils peuvent être « nettoyés » et prendre de la valeur, jusqu’à dix points de victoire. C’est bien connu, tout ce qui est cher, est rare (oui je sais c’est le contraire normalement), et donc il ne pourra exister qu’un temple à dix , deux  à neuf, deux à huit, trois à sept et tous les autres ne pourront valoir que jusqu’à six.

Les sanctuaires ont une double utilité. Tout d’abord, ils permettent de récupérer des trésors (huit différents), et ensuite lorsqu’il n’en reste plus, il est possible d’y établir un camp de base.

Les clairières peuvent uniquement servir à implanter un camp de base.

Les volcans, au nombre de trois, vont provoquer les trois décomptes intermédiaires avant le décompte final. La personne qui pioche cette tuile provoque le décompte. Le décompte final,  arrive quant à lui, lorsque la personne à votre droite pioche la dernière tuile. Mais comment se passent les décomptes, allez-vous me dire ???

Je vais vous expliquer :
Le décompte se fait à tour de rôle, à partir de celui qui a pioché le volcan. Le joueur a dix points d’action (on verra dans la prochaine section comment les utiliser) pour prendre un maximum de majorité sur les temples,

le rouge a 2 ouvriers et le chef (qui vaut 3 pour les majorités) donc 5 et le orange a 4 ouvriers et le chef donc 7. si la situation reste la même au moment du décompte, seul le orange pourra marquer des points de victoires.

Le rouge a deux ouvriers et le chef (qui vaut trois pour les majorités), donc cinq, et le orange a quatre ouvriers et le chef, donc sept. Si la situation reste la même au moment du décompte, seul le orange marquera des points de victoires.

et on ajoute à cela les points des trésors (un trésor d’une catégorie = un point, deux identiques = trois points et trois identiques = six points).

Voici les 8 trésors qui existent. Ils sont en 3 exemplaires chacun.

Voici les huit trésors qui existent. Ils sont en trois exemplaires chacun.

Une fois qu’il a marqué ses points, c’est au joueur à sa gauche de faire ses dix points d’action puis de compter ses points, et ainsi de suite.
Maintenant, voyons ce que l’on peut faire de ces 10 points d’action :
Réponse : sept actions au choix (zone grisée):

Aide de jeu

Aide de jeu

– Faire sortir des ouvriers (ou le chef) d’un des camps de base => un point d’action par ouvrier
– Déplacer un ouvrier sur le plateau de jeu => un point d’action par dalle de pierre que l’on franchit avec chaque ouvrier (voir ci-dessous les petits rectangles sur le bord des hexagones).
– Nettoyer un temple => deux points d’action
– Chercher un trésor => trois points d’action
– Echanger un trésor => trois points d’action
– Bâtir un camp => cinq points d’action.
– Mettre un gardien sur un temple => cinq points d’action. Petites précisions : pour pouvoir mettre un gardien, il faut être majoritaire sur la tuile du temple. Lorsque l’on décide d’en mettre un on perd définitivement tous les ouvriers (chef compris) de sa couleur présent sur la tuile (on les remet dans la boîte).

L'ouvrier rouge est devenu le Gardien du temple

L'ouvrier rouge est devenu le Gardien du temple.

Enfin au  niveau du temps de jeu, il faut compter environ deux heures pour une première partie, le temps d’expliquer les règles, mais après 1h30 suffit amplement. Si vous ne savez pas quoi faire en 90 minutes, vous pouvez faire un Tikal ou alors autre chose comme ça par exemple :

C'est beau mais ça ne sert à rien !!!

C'est beau, mais ça ne sert à rien !!!

  1. Itzamna
    30/06/2009 à 22:32 | #1

    Petit rectificatif lexical:
    La ville maya de Tikal ne se situe pas dans la jungle équatorienne, plutôt dans la jungle guatemaltèque, puisque situé au Guatemala et non en Equateur.
    Je suppose que tu voulais dire « équatoriale » en qualifiant la jungle, mais la forêt environnante est plutôt « tropicale »

    ¡ Sinon je partage l’avis, c’est un très bon jeu !

  2. matinciel
    01/07/2009 à 17:34 | #2

    Oups, :eek: . Merci pour la correction.

  3. karadoc
    06/07/2009 à 11:36 | #3

    Effectivement je voulais dire Equatoriale !! :)

  1. Pas encore de trackbacks