Ninja versus Ninja, karaté, coups de latte et tout le reste (le test)

Vous avez aimé tous les films de Chuck Norris, de Steven Segall et JCVD (Jean Claude Van Damne)? “Oui!”, non vous déconnez, c’est pas possible… Bon admettons, mais je ne suis quand même pas convaincu que ce jeu soit fait pour vous.

Ca n’a pas l’air commode un ninja comme ça, pourtant dans la boite, ils sont tous mignons…

Ca va saigner par ici, deux dojos s’affrontent dans une lutte à mort pour l’honneur! Il n’y a que deux façons de gagner :

  1. Ridiculiser le dojo adversaire en prouvant votre courage (atteindre sept sur la piste des scores).
  2. Tuer tous les ennemis, un concept vraiment nouveau qui risque de se démocratiser, croyez-moi!
nvn_le_plateau
Le plateau de jeu, let’s fight !

Pour ce faire :

On lance les dés de la mort, on ajoute les deux chiffres et on obtient le nombre exact de cases de mouvement disponibles pour un personnage (on doit bouger de ce nombre, pas plus, pas moins).

Les règles de déplacement :

Dans notre Dojo (zone orange de notre côté, la plus jolie d’ailleurs Red heart ) et dans la zone morte (zone grise), on peut se déplacer tout droit ou faire un mouvement en forme de “L” que l’on peut tourner à volonté (un “L” n’a qu’un angle droit !!!).

Chez l’ennemi (l’autre zone orange toute moche), les mêmes mouvements sont permis et peuvent être combinés à un retour en arrière (on revient sur ses pas, après avoir bien insulté, vandalisé, montré ses fesses Surprised et toutes autres joyeusetés prouvant notre force mentale bien supérieure et déshonorant l’adversaire).

Ici, on est dans un jeu réaliste, donc on ne peut traverser ni ses pions, ni ceux de l’adversaire (règle bien pratique pour bloquer un ninja adverse).

image
Les mouvements possibles, le dojo de départ est celui de gauche.

Si par pur hasard ( :mrgreen: ), un de nos mouvements se termine sur un personnage adverse, un petit mawashi geri suivi d’un petit uchimatamakikomi et un de moins… (On prend son pion et on le retire de la partie, plus que cinq pour la seconde option de victoire.)

uchimatamakikomi
Uchimatamakikomi, aussi connu sous le nom de : « ta tête dans le carrelage ».

“Mais quel est l’intérêt d’aller dans les bas-fonds du dojo adverse?” me direz-vous.

« Marquez des points pardi ! » Chaque case que vous franchissez chez l’adversaire peut potentiellement vous rapporter un point.

En fait, au moment où vous arrivez sur une case ennemie, vous avancez votre ninja de l’ombre à votre niveau sur la piste des scores potentiels lui permettant ainsi de voler les secrets de vils méchants ennemis… Le problème, c’est que pour avoir une valeur, ces informations doivent être ramenées à votre Sempai (le vieux monsieur avec de la barbe, sur votre piste de score).

SONY DSC
Les ninjas de l’ombre.

“Trop facile”, allez-vous me dire… Eh bien non car le temps, c’est de l’argent mais c’est aussi la vie. Lorsque vous sortez de votre dojo, vous avez trois tours pour y revenir sinon vous vous faites arakiri pour ne pas tomber dans les mains ennemies. (Pour symboliser ces phases, on tourne le ninja en mission d’un quart de tour. Quand vous tournez votre ninja pour la troisième fois, il doit être rentré au dojo. Si ce n’est pas le cas, il est retiré de la partie et vous perdez un valeureux combattant).

A tout moment, on ne peut avoir qu’un seul ninja en mission (hors de notre dojo).

Bah voilà, un jeu rapide et efficace, certes, il faut un peu de chance au dé, mais bon ça détend. La version présentée est sortie à Essen cette année (il existe une ancienne version sans les jolies figurines).

Pour conclure, je citerais mon Sensaï :

nvn_maitre
Oui, maître !

« L’art de la guerre, c’est de soumettre l’ennemi sans combat. »

Sun Zi, L’art de la guerre.

4 réflexions sur “ Ninja versus Ninja, karaté, coups de latte et tout le reste (le test) ”

  1. Il a l’air bien sympa comme jeu, et puis comme ça je pourrai te p**** la g***** !!! lol en tout cas l’article donne envie de le tester !!

  2. c’est un peu le but (pas de me peter la gueule hein 🙁 ), par contre la mauvaise nouvelle : rupture de stock chez nous, mais encore dispo au US à priori… Sinon négocier avec Bruno :-p

  3. ça a l’air sympa comme truc, enfin moi ça me parle, par contre, juste un détail, le vieux barbu ça doit plutôt être un sensaï non ?

    je prend les noirs, on joue quand ?

  4. hum effectivement après vérification, il s’agirait plutôt d’un sensaï. Je corrige, et j’envoie de ce pas un mail d’insulte à Philip Kaufman, le réalisateur de soleil levant, pour m’avoir enduit avec de l’erreur (et des plumes).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *