Accueil > Divers > De regularum explicationis. (?)

De regularum explicationis. (?)

ou essai sur “comment expliquer une règle »…

Néophyte complète dans l’art du jeu, je n’ai été que tout récemment initiée dans ce domaine. J’avoue avoir été traînée les premières fois au Repaire, cercle des joueurs invétérés de la région annécienne. Mais là, quelques habiles gourous m’ont convertie au culte ludique. Or le baptême de tout jeu, c’est la règle. Mais c’est aussi son extrême onction (« dura lex sed lex« : la loi est dure, mais c’est la loi).

regles

Mow, Castel ou Twilight Imperium 3 ... au moins un point commun : une règle.

Oui, mais moi je m’endors, le soir, surtout quand on me parle longtemps d’une voix monocorde, en faisant danser sous mes yeux des myriades de pions, des nuées de cartes, des kyrielles de figurines et quelques dés. Alors, pour moi, lorsqu’on évoque ces tables de la loi, je pense plutôt au vers de Dante, parlant de l’enfer : « LASCIATE OGNI SPERANZA, VOI CHE’NTRATE !” (Laissez toute espérance, vous qui entrez !) D’où cet essai.

Introduction.

Cette étape est facultative, elle est proposée par certains, éludée par d’autres, mais si elle est bien menée, elle permet une entrée fort plaisante dans la boite. Certes, “l’homme nage dans l’univers dès qu’il y est jeté” (Alain, Propos et non Alain, proviste Tongue out ), mais sans bouée, on s’y noie. Troubadours, trouvères, ménestrels sont les bienvenus pour mettre en place le cadre de l’histoire, présenter les personnages et lancer l’action.

I. “Semper ad eventum festinat.”

(il se hâte toujours vers le dénouement), Art poétique, v.148, Horace.

Il me semble important de débuter toute explication par la présentation de la finalité. Certains prétendront qu’il vaut mieux commencer par l’étape deux. Mais en général, ils sont malgré tout obligés d’y revenir.

Ne faudrait-il pas aussi présenter dès le début, ce qui met fin au jeu? Le mode de fin varie en effet d’un jeu à l’autre, la finalité et la fin du jeu n’étant pas toujours directement liées.

Exemple aux dames :

  • le but est de prendre tous les pions de l’adversaire.
  • le jeu s’arrête lorsque l’un des joueurs n’a plus de pions (sauf en cas d’égalité).

Dans Citadelles :

  • le but est d’être celui qui a le plus de points.
  • le jeu s’arrête lorsque quelqu’un a construit huit quartiers.

II. Comment se déroule un tour ?

Finis les hors d’œuvres, voilà le plat de résistance : la mécanique du jeu. Il est maintenant question d’expliquer la base du jeu, en général, chronologiquement. C’est souvent là que les problèmes commencent…

En effet, je pense que l’explication ne doit être être ni entrecoupée de questions, ni ponctuée d’apartés. Comment diable pourrait-on ordonner une explication lorsqu’un joueur souhaite connaître à quoi servent les cartes utilisées en phase LXIV alors que l’on est en train d’expliquer la phase II?

Attention, ne pas tomber dans l’excès inverse car comme le dit le proverbe : « Qui rogat, non errat« . Poser des questions n’est pas une erreur. Mais il faut qu’elles portent sur ce qui vient d’être expliqué, rien d’autre (ou éventuellement ce qu’on a envie de boire… Wink ).

D’autre part, comme souvent répété et comme pour le café soluble, UNE personne suffit. Il explique et les autres écoutent. Certes, dans le cas d’une omission de la part du maître, un disciple se doit d’intervenir.

Enfin, rappelez-vous, “bis dat qui cito dat”, qui donne vite, donne deux fois (Sénèque).

III. Deus ex machina,

Il intervient parfois et son aide est toujours appréciée. Il a le droit d’intervenir plusieurs fois et nul n’a le droit de s’opposer à ses intrusions.

Souvent, des précisions sont nécessaires au cours du jeu. Il est en effet très difficile de ne rien omettre. De plus, de l’interaction naît la confusion (c’est de moi ça !). Il y a toujours des exceptions, c’est la règle, une carte, la succession de deux événements ou l’utilisation d’un esprit vil et retord vient toujours contrarier la norme. C’est là qu’on voit si la règle est bien écrite!

Moi, j’aime bien aussi quand on m’aide, qu’on m’aiguille. En effet, on ne voit pas toujours ce qu’il faut faire, alors quelques petits conseils ne font jamais de mal… (merci à ceux qui le font).

Une fois passée cette étape, c’est fini, bon, bien sûr, il y a la règle qui sort de l’ombre à la fin et qui permet à celui qui a expliqué de gagner à coup sûr… mais bon là n’est pas le sujet. “Veni, vidi, vici” César, rapport au sénat.

IV. Conclusion.

Expliquer une règle n’est jamais chose facile et de nombreux facteurs peuvent influer sur notre “récit” :

  • le public bien sûr, on n’explique pas de la même façon à des néophytes, à des joueurs occasionnels ou à des drogués du jeu.
  • Le jeu forcément, entre Senji et Mow il y a Jamaica Wink.
  • La règle aussi, certaines sont claires, d’autres moins.

Enfin, un petit conseil : “Verba volant, scripta manent”, les paroles s’envolent, les écrits restent. Un petit plongeon dans la règle vaut souvent mieux qu’une règle approximative.

Cet article, petite contribution bien modeste à un blog de spécialistes, est un hommage mérité aux personnes que j’ai rencontrées et qui ont pris la peine de suivre ce proverbe : “Tolle, lege” (Prends et lis, Confessions de Saint Augustin), ce dont je serai bien incapable.

—————————————————————————————–

PS à mes élèves :

1- Une introduction n’est jamais facultative, ni la conclusion d’ailleurs.

2- DM pour lundi. L’essai répond à cinq critères :

  • C’est l’expression d’une subjectivité.
  • Il est destiné à produire un effet (alors?).
  • Il propose une discussion d’idées (c’est pour vous ça).
  • Il aborde le sujet sous plusieurs points de vue (j’ai donné le mien…).
  • Il s’interroge sur un problème existentiel.

Vous commenterez l’assertion suivante : Cet article est un essai. Votre travail devra être argumenté, il faudra soigner l’orthographe et la présentation.

Article écrit en collaboration avec une célèbre prof de français, ne parlant qu’en latin vasas lavare, baletum passare, la tabulam debarassum… j’ai nommé Violette074.

Categories: Divers Tags: ,
  1. karadoc
    16/12/2008 à 12:33 | #1

    comme elle se la pète avec son latin !! lol
    Sans rire, très bonne article car maintenant, ceux qui ne voudront pas expliquer une règle n’auront plus d’excuse, et on a appris pleins de mots latin !!

    ps: point négatif => on a un DM a faire … lol

  2. matinciel
    16/12/2008 à 12:51 | #2

    Ah tu te considères comme son élève, intéressant.

  3. karadoc
    16/12/2008 à 14:28 | #3

    bah oui forcément, puisque c est ma maîtresse !!! ;-)

  4. matinciel
    16/12/2008 à 15:03 | #4

    Argh, je ne répondrai pas à la violence, par la violence, mais par Stéphanie ;-)

  5. etbougekobe
    16/12/2008 à 17:35 | #5

    Youpi !
    Un bien bel article comme on aimerait en lire plus souvent !
    Essai transformé !

    Une déception cependant, la Eloïse paresseuse a lu « phase l-x-i-v »…
    Cela aurait mérité que je me réveille un peu…

  6. matinciel
    16/12/2008 à 18:23 | #6

    A mort Louis croix, vé, baton… :mrgreen:

  7. 29/12/2008 à 10:39 | #7

    excellent article, je résume :

    « le but est … »
    « ça fini quand … »
    « ta gueule c’est moi qui explique ! »

  8. spidey
    02/01/2009 à 10:59 | #8

    de la passion nait la compréhension, donner envie aux autres de jouer permet de rattrapper une explication qui aurait pu être foireuse. bien sûr ça n’évite pas la lecture des règles. très bon articles, merci….

  9. daykatana
    03/01/2009 à 18:30 | #9

    un bel article a faire lire a ian pour l explication de cadavres

  1. Pas encore de trackbacks