« Notre tombeau », un jeu de rôle qui a du mordant…

Notre tombeau est un jeu de rôle campagne, ayant pour thème l’horreur, sorti tout récemment  aux éditions John Doe. Comme nous l’annonce la quatrième de couverture, ce « burst » est une campagne indépendante munie de son propre système de jeu divisé en 12 épisodes et qui peut être adaptée à la plupart des jeux de rôles.

du mordant qui disait...
Du mordant qu’il disait…

La couleur, l’illustration et la citation de Victor Hugo sur la couverture nous mettent tout de suite mal à l’aise. Comme si on devait s’attendre au pire.

Et c’est bien le pire qui attend nos joueurs, une descente vertigineuse vers l’enfer dans la plus grande tradition des films d’horreurs. Si vous avez aimé des films comme Hostel d’Eli Roth ou The Descent de Neil Marshall, ce jeu de rôle est fait pour vous. L’auteur vous propose aussi de jouer des personnages muets, ce qui permet d’innover dans sa façon d’interpréter son personnage et d’accroître ce sentiment de malaise que réussit si bien à nous communiquer la lecture de l’oeuvre.

Le système de jeu est simple et permet une prise en main rapide. Il utilise des dés à 6 faces. Les personnages des joueurs sont définis par douze compétences généralistes comme courir, réagir, savoir-faire, se battre, etc. Ses compétences auront des valeurs de niveau un à six. Un personnage avec un niveau trois est moyen, un personnage avec un niveau six est un athlète olympique. Pour faire une action, le personnage devra lancer un nombre dé égale à la compétence employée et obtenir des quatre ou plus. Le joueur obtiendra ainsi des réussites. Plus la tâche sera difficile, plus il faudra des réussites pour réussir l’action entreprise. Pour ma part, l’ingéniosité du système vient de deux paramètres essentiels à notre tombeau qui s’intègrent bien au roleplay.

L'écran d'Erwan Le Gac.
L’écran d’Erwan Le Gac.

Tout d’abord, il y a l’adrénaline qui correspond au stress et à l’énervement du personnage. Ses points s’utilisent de deux façons : pour relancer 1 dé après un échec ou pour regagner 1 point de vie. L’adrénaline est ainsi une façon très roleplay de gérer le coup de main du sort.

Le deuxième paramètre est la sauvagerie. Quand un personnage a six points d’adrénaline, celui-ci peut à tout moment devenir fou et avoir accès à six types de sauvagerie. Le personnage peut alors tenter un carnage, entrer en frénésie, devenir insensible, etc.

Vous l’aurez compris, j’ai adoré la lecture de Notre tombeau. D’ailleurs, j’invite tous ceux qui ont envie de tester un jeu de rôle d’ambiance horreur, de l’essayer. Le frisson est garanti. Alors, bon voyage en enfer….

Quelques infos supplémentaires sur le forum officiel.

Juste pour vous faire saliver le quatrième de couverture (cliquer pour agrandir)
Juste pour vous faire saliver : la quatrième de couverture (cliquer pour agrandir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *