Du goudron et des plumes (Dice Town, le test)

Du poker, des filles, un shérif et de l’or, non Dice Town n’est pas le prochain western de Clint Eastwood. C’est le nouveau jeu de Bruno Cathala et de Ludovic Maublanc.

La boite.
La (jolie) boite.

Pour une fois, nous n’allons pas parler du jeu (enfin pas tout de suite), mais des illustrations. Elles ont été réalisées par « Pierô » (Pierre Lechevalier) et personnellement je les trouve vraiment superbes !

HiiiIIIIiii (oui je sais je fais bien le cheval)
HiiiIIIIiii (oui je sais, je fais bien le cheval)

Bon maintenant le jeu : vous êtes un pied tendre arrivant à Dicetown’gulch et votre but est de devenir riche et puissant. Pour ce faire, vous comptez bien piller la mine d’or, dévaliser la banque, utiliser à bon escient les charmes de vos « amies », corrompre le shérif et bien sûr manipuler les élus locaux. Pour vous aider, vous pourrez compter sur le « General store » du coin (sorte de supermarché) qui vous apportera des points ou des actions.

Alors le système pour gagner est vraiment novateur : celui qui a le plus de points à la fin a gagné ( :mrgreen: ).

Comment gagner (des points) ?

  • une pépite, un point.
  • deux dollars, un point.
  • une carte équipement du « General store », de un à huit points.
  • l’insigne de Shérif, cinq points en fin de partie uniquement.
  • une carte terrain, de un à cinq points.
Il est beau mon chapeau et surtout, il vaut trois points.
Il est beau mon chapeau et surtout, il vaut trois points.

A votre avis, quand se finit le jeu? C’est facile. Allez, je vous aide : que peut-on gagner? De l’or et des terrains … donc quand l’un des deux s’épuise, c’est la fin !

Une journée en ville (déroulement d’un tour) :

Pour faire fortune rapidement, vous allez jouer au poker (mais pas la peine d’être d’avoir vu « Poker coach » de notre ami Patriccccckkkkkk Bruel 😉 ).

Chaque joueur possède cinq dés (qui sont marqués avec neuf, dix, valet, dame, roi et as), un gobelet et huit dollars.

Dé de Dice Town
Le poker en version dés.

Tout le monde lance les dés, regarde les résultats à l’abri des regards indiscrets. Que peut-on faire avec ?

  • Conserver gratuitement un dé.
  • Payer un dollar par dé supplémentaire pour garder une combinaison intéressante (l’argent dépensé est mis sur la diligence).
  • Payer un dollar pour relancer tous ses dés.

(Ne vous inquiétez pas, une aide est fournie pour les « rookies » du poker, qui rappelle toutes les combinaisons.)

On répète le processus jusqu’à ce qu’un joueur n’ait plus de dé à lancer. Il a donc ses cinq dés visibles devant lui. Les autres joueurs ont un « lancer franc » en plus afin de garder gratuitement tous les dés qu’il leur reste.

Ensuite, on détermine pour chaque valeur le vainqueur : c’est celui qui a le plus grand nombre d’une valeur (on pourrait dire que c’est un jeu de majorité). Chacune d’elles correspond à un endroit (excepté l’as). La personne qui obtient la majorité sur une valeur bénéficie donc des avantages du lieu.

Plan de la ville :

DiceTTown_plateau
Le plan de la ville (avec l'emplacement pour les cartes).
  • La mine d’or (valeur neuf) : le majoritaire prend autant de pépites qu’il a de neuf.
  • La banque (valeur dix) : le majoritaire prend l’argent déposé dans la banque (la diligence rapporte l’argent pour le tour suivant).
  • Le General store (les valets) : le majoritaire tire autant de cartes qu’il a de valets, en prend une et défausse les autres.
  • Le saloon (les dames) : le majoritaire pioche autant de cartes qu’il a de dames dans la main d’un adversaire, en choisit une et lui rend les autres.
  • Le shérif (les rois) : le majoritaire prend l’insigne du shérif.
  • La mairie (c’est là qu’on joue au poker) : la meilleure combinaison de poker gagne le premier terrain face visible et un terrain de plus pour chaque as qu’il possède, limité à trois. (On décale ensuite les terrains vers le bas et on complète avec la pioche).
  • L’échoppe du Dr Badluck (ou l’homme qui n’avait pas de chance) : dans le cas où quelqu’un n’aurait rien eu (souvent à quatre ou cinq joueurs), il peut aller voir le Dr Badluck. Celui-ci offre plusieurs choix en fonction de son tirage :
    • Neuf et dix, le barbelé : vous pouvez protéger deux terrains en les plaçant face visible. Ils ne pourront plus être volés.
    • Valet et dame, bonne aventure : vous pouvez piocher une (et une seule) carte du général store.
    • Roi, petite arnaque : chaque joueur doit vous donner deux dollars.
    • As, grosse arnaque : chaque joueur doit vous donner une pépite.
Une carte terrain (de un à cinq point).
Une carte terrain (de un à cinq points).

Dernières petites précisions, on peut être majoritaire dans plusieurs lieux et donc réaliser les actions correspondantes. En cas d’égalité, c’est le shérif qui tranche comme il le souhaite (la corruption est fortement recommandée, surtout quand je suis shérif :mrgreen: ). Et voilà, que celui qui a le plus de points gagne !

Ps : la règle est, elle aussi, superbe et très didactique, je vous la conseille donc.

C’est par là :

La règle sur le site de l’éditeur, un régal.

Merci Bruno, pour le prêt du jeu et pour la rouste à la dernière partie, snifff… je ne serai jamais un Mow-boy ( :-p )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *