COPS ou histoires de flics

cops
Le livre de base.

Vous rêvez d’être policier dans un Los Angeles futuriste? Jouez à COPS ! Nous sommes en 2030, la Californie a fait sécession, elle est devenue une jeune république démocratique en pleine construction.

L’action se passe principalement dans la cité des anges, mais voilà, les anges sont déchus. En effet, la ville attire son lot de désœuvrés, de criminels, de sadiques et autres rebuts de l’humanité. Elle est dangereuse et a besoin d’une police efficace. Les joueurs incarnent donc des policiers d’une unité d’élite, le Cops. Leur but : protéger, servir les habitants et rendre les rues plus sûres.

Alors que le jeu pourrait se réduire à un affrontement entre les gentils et les méchants, celui-ci va beaucoup plus loin. Cela commence dans sa présentation : les meneurs de jeu sont invités à faire vivre le quotidien de leurs flics à travers leur enquête. Ensuite, les auteurs ont offert aux joueurs une storyline qui permet de voir le monde des cops évoluer au cours des scénarii. Ainsi, ces derniers vont voir leur monde se transformer autour de quatre saisons. Ils sont donc les acteurs de ce changement, ce qui donne une véritable trame de fond à ce jeu.

vive l'ambiance.
vive l'ambiance.

L’univers est extrêmement développé. Très peu de jeux de rôle peuvent se vanter d’avoir une telle base de données et la qualité est en plus au rendez-vous. Ceci en fait certainement le meilleur jdr de ces dernières années. Bien sûr, il faut aimer jouer du côté de la loi me direz-vous. Et bien pas forcément, les joueurs vont peut être devoir flirter avec le mal. L’univers est loin d’être manichéen. Vos cops seront peut-être les gardiens des tables de la loi ou des ripoux de la pire espèce. Mais bien souvent, ils seront un subtil mélange des deux.

Une des nombreuses extensions.
Une des nombreuses extensions.

Les meneurs de jeu manqueront rarement de scénarii. Il y en a deux à trois en moyenne par supplément. Et les idées pour en créer de nouveaux sont légions. Bref, vous en aurez pour votre argent. Les scénarii sont retors à souhait et de grande qualité.

Ce qui plaira aussi au meneur et au joueur, c’est le système. Tout d’abord, il est original, ensuite il est facile à prendre en main. Extrêmement intuitif, il laisse une grande part de liberté (personnellement,  j’aime beaucoup les règles sur les poursuites). Le système laisse aussi une place importante au roleplay.  Les nouveaux joueurs apprécieront autant que les routards, car Cops vous implique d’une manière ou d’une autre, que cela soit par la mécanique simple ou par l’enquête que vous fera vivre votre meneur de jeu. Prévoyez des dés à 10 faces et de quelques dés à 6 faces pour Cops.

Le principal reproche que l’on peut faire à ce jeu, c’est la somme d’informations que le meneur doit ingurgiter. Il est aussi impératif d’y jouer régulièrement pour en apprécier totalement la qualité. Il est possible de faire un « one shot », mais l’essence du jeu vous invite à la régularité dans vos parties. En bref, ceux qui ont peu de temps pour jouer risquent d’être frustrés.

Pour conclure, Cops peut convenir aux meneurs de jeu novices car la mécanique est simple, mais un maître du jeu expérimenté saura utiliser toutes les subtilités du genre. Soyez un héros, rejoignez le COPS !

« I’m not an entertainer, I’m a COPS! »

Une réflexion sur “ COPS ou histoires de flics ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *