Le retour du marteau de guerre (Warhammer, jeu de rôle)

Warhammer le jeu de rôle est une référence dans le milieu. Sa création remonte à 1986 et est issue du jeu de figurines éponyme. Ce jeu, d’origine anglaise, fut inventé par deux pointures, Steve Jackson et Ian Livingstone. Il se démarque des autres médiévaux fantastiques par sa ressemblance à l’Europe du XVIème siècle mais surtout utilise un subtil mélange d’ambiance gothique désespérée, façon Elric des dragons de Mickael Moorcock, et féérique, façon Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien.

Le lire de base.
Le livre de base.

Le système de jeu utilise un simple dé 100, ce qui a contribué à une rapide prise en main. Le jeu en est aujourd’hui à sa deuxième édition.

Le livre de base vous propose d’interpréter un aventurier évoluant dans l’Empire, le plus grand royaume humain de l’univers. Les joueurs peuvent interpréter quatre races différentes :

  • Les humains, les plus nombreux, sont en conflit direct avec les hordes du chaos.
  • Les discrets elfes vivent dans leurs cités dissimulées dans les forêts, ils évitent le plus possible les autres races.
  • Les nains, dont la population est en déclin, vivent désormais pour la plupart dans leur cité montagnarde et souterraine.
  • Et enfin, les Haflings qui vivent tranquillement dans leur communauté, loin de la folie du monde extérieur (jusqu’à ce que l’un d’entre eux ramène un anneau d’or … Euh non, ça doit pas être dans Warhammer ça :mrgreen: ).

Les joueurs choisissent une carrière de départ qu’ils devront faire évoluer. Lorsqu’ils en auront fait le tour, ils pourront en entamer une autre afin de devenir plus fort, vous l’aurez bien sûr compris. Il est possible de créer son personnage de façon aléatoire, ce qui rend cette étape assez fun.

Une fois leurs personnages créés, les joueurs vont devoir affronter les pires horreurs qui se montrent au grand jour, mais aussi l’ennemi intérieur qui se cache au cœur des cités des hommes. Les scénarii alternent avec efficacité l’enquête et l’action débridée (taper). Le livre de base peut se suffire à lui-même mais le kit de l’aventurier et l’écran peuvent s’avérer être un bon investissement. Le tome de la corruption est aussi nécessaire si l’on veut en savoir plus sur le chaos. Enfin la campagne baptisée La Voie de la Damnation est parfaite pour débuter dans Warhammer. Elle permet de faire un bon tour d’horizon de l’univers.

Episode I : les cendres de Middenheim.
Episode I : les cendres de Middenheim.

Comme je vous le disais plus haut, la mécanique est simple : deux dés 10 (soit un dé 100) suffisent à chaque joueur. La plupart du temps, les joueurs devront effectuer des jets de pourcentage et obtenir un résultat inférieur à leur caractéristique de base pour réussir une action. Pour les actions secondaires, comme tirer les dégâts par exemple, un set de dés est nécessaire. La principale critique que l’on puisse faire à ce jeu est le manque d’équilibre. Par exemple, un personnage commençant la partie est très faible. Un joueur malchanceux peut passer sa soirée à râter tous ses jets. Par contre, dès qu’il commence à avoir des scores puissants, il devient imbattable,  ce qui peut à terme diminuer l’intérêt du jeu.  Comme d’habitude, il convient alors au meneur de jeu de faire la balance.

Pour conclure, je conseille ce jeu aussi bien au routard, qu’au novice qui se lance dans le jdr. D’une part à cause de son univers nuancé mais aussi car il utilise une mécanique bien huilée et à toute épreuve.

Que Sigmar vous accompagne dans votre combat contre les seigneurs du Chaos…

Une réflexion sur “ Le retour du marteau de guerre (Warhammer, jeu de rôle) ”

  1. Tiens, je ne savais pas que Ian Livingstone était un des auteurs de Warhammer.
    Il a fait aussi quelques livres « dont vous êtes le héros ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *